– Concert de Noël (7 janvier) –

charpentierLe 7 janvier 2017, un beau concert vous est proposé à l’église Notre-dame de Taverny : la messe de minuit et les litanies de la Vierge de Marc-Antoine Charpentier.

Pierre Santus, organisateur de ce concert avec ses élèves de classe de chant, vous en dit plus sur ces oeuvres :

Messe de Minuit

Des onze messes vocales laissées par Marc-Antoine Charpentier (1643-1704), la Messe de Minuit est certainement la plus populaire. Destinée à la liturgie de la veillée de Noël, elle associe la musique savante à la musique d’inspiration populaire. En France, suivant une ancienne tradition, la liturgie de la messe de minuit permet la présence de chants d’inspiration populaires. Les mélodies traditionnelles de Noël, dont l’origine souvent profane remonte au Moyen-Age sont utilisées par Charpentier et adaptées aux paroles du texte de la liturgie ordinaire :

 

Kyrie

  • Joseph est bien marié, pour le 1er Kyrie eleison,
  • Or, nous dites Marie, pour le Christe eleison,
  • Une jeune pucelle, pour le second Kyrie eleison,

Gloria

  • Tous les bourgeois de Châtre, pour le Laudamus te,
  • Où s’en vont ces gais bergers, pour le Quoniam tu solus Sanctus,

 Credo

  • Vous qui désirez sans fin, pour le Deum de Deo,
  • Voici le jour solennel, de Noël, pour le Crucifixus,
  • A la venue de Noël, pour le Et in Spiritum sanctum

Sanctus

  • Ô Dieu, que n’étais-je en vie

Agnus Dei

  • À minuit fut fait un réveil,

Ces mélodies tout en gardant leur saveur populaire sont stylisées et comme anoblies par la richesse et le raffinement des harmonies, ainsi que par le contrepoint déployé dans de nombreux passages.  La reprise du « profane » dans le « sacré » présente une analogie métaphorique avec le mystère de l’incarnation de la foi chrétienne où Dieu prend chair humaine.

Litanies de la vierge

Ce motet des Litanies de la Vierge de Charpentier présente un contrepoint d’une exceptionnelle richesse à six voix mixtes (ses contemporains privilégiaient alors une écriture à quatre ou cinq parties). A la remarquable sobriété qui prévaut dans le psaume de pénitence initial (tempi retenus, dissonances à peine effleurées) répondent l’exceptionnelle concentration et l’intensité de l’expression des litanies proprement dites. De l’ineffable douceur du Regina angelorum  à la plénitude douloureuse de l’Agnus Dei, ce motet présente une grande variété  d’intentions et de sentiments, de la supplication douloureuse à la l’exultation de la louange. La longueur de souffle, la profondeur d’inspiration, l’enchainement fluide des différentes parties, l’architecture parfaitement maitrisée font de ces litanies l’un des grands chefs d’œuvre de Marc-Antoine Charpentier.

 

Samedi 7 janvier, 20h30

Entrée libre, libre participation aux frais.

Venez nombreux !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s