– Les vitraux inférieurs de l’abside –

Passion-Vitrail2_ACNDT

Pour les Chrétiens, cette semaine constitue la Semaine Sainte, qui s’étend du dimanche des Rameaux au dimanche de Pâques : elle commémore les derniers jours de la vie de Jésus : son arrivée à Jérusalem, son dernier repas avec ses disciples (la Cène), puis son arrestation et sa mise à mort le vendredi, jusqu’à sa Résurrection au matin du dimanche.

Ces événements sont racontés au travers des beaux vitraux inférieurs de l’abside de Notre-Dame de Taverny : l’ACNDT vous invite à les découvrir aujourd’hui.

Ces vitraux posés entre 1873 et 1879  sont dessinés dans le style des XIIIème et XIVème siècles, ils ont été peints sur du verre incolore, chauffé ensuite au four. Cette technique diffère de la technique traditionnelle de l’assemblage de verres de couleurs différentes, séparés par des tiges de plomb soudées à l’étain, bien que la technique de peinture « grisaille » ait aussi été utilisée dès le Moyen-âge pour souligner des détails ou dessiner les visages et les drapés des vêtements.

Mais d’où proviennent ces vitraux ? Les anciennes archives de la Paroisse donnent un nom, repris dans la plupart des documents postérieurs, celui de « Laurent Gsell ».  L’ACNDT a voulu en savoir plus : il existe bien un Lucien Laurent-Gsell, mais il est peintre et non verrier et il semble avoir été trop jeune pour réaliser ces vitraux. Après quelques recherches, nous avons pu identifier la véritable provenance de ces verrières : elles ont été conçues et réalisées par l’atelier Laurent et Gsell (rebaptisé Gsell-Laurent en 1870),  atelier créé en 1864 par deux peintres-verriers, Emile Laurent et Gaspard Gsell (respectivement beau-père et père de Lucien !).

Ces vitraux furent financés par les dons des fidèles, lors de quêtes organisées par le Conseil de Fabrique, pour la somme de 15000 francs : Lady Ashburton, châteleine de la Tuyolle à l’époque de la pose des vitraux, contribua largement à cette somme, très importante pour l’époque.

Capture d’écran 2020-04-07 à 09.30.42.png
Vitrail d’Ezechiel – Sainte-Chapelle

Les 15 scènes évoquées représentent certaines des étapes du chemin de croix traditionnel (de la Cène, dernier repas du Christ, jusqu’à sa mise au tombeau), mais elles les prolongent par la Résurrection et les dernières apparitions de Jésus à ses disciples avant son Ascension (dernière scène évoquée dans cet ensemble).

Regroupant chacun une série de 3 médaillons (qui évoquent tous une scène différente), les vitraux ne sont pas sans rappeler les immenses verrières de la Sainte-Chapelle à Paris, contemporaine de l’église Notre-Dame de Taverny.

Ces vitraux sont au nombre de 5 : il s’agit des fenêtres inférieures situées tout autour de l’abside (et en partie cachées par l’imposant retable).

schéma-abside

De gauche à droite et de bas en haut  :

Premier vitrail : la Cène, le baiser de Judas, Jésus au Sanhédrin

Deuxième vitrail : le reniement de Pierre, le couronnement d’épines, la flagellation

Troisième vitrail : Ecce homo !, les femmes de Jérusalem, le calvaire

Quatrième vitrail : la descente de la la croix, la mise au tombeau, la Résurrection

Cinquième vitrail : les pélerins d’Emmaüs, l’incrédulité de Thomas, l’Ascension

Les amoureux d’histoire retrouveront sur ces vitraux les armoiries de Lady Ashburton. Ils figurent au bas des premier, troisième et cinquième vitraux, dont elle fut la donatrice.

Finissons par un gros plan sur le visage du Christ dans la scène des pélerins d’Emmaüs, pour admirer la finesse des traits et des détails…

détail-Emmaüs_ACNDT
Détail du vitrail des pélerins d’Emmaüs

Nous reviendrons bientôt plus en détail sur chacun de ces vitraux, pour détailler la symbolique des personnages, des objets et des couleurs.

Restez à l’écoute et pour ne rater aucun de nos articles, abonnez-vous à notre blog !

Thérèse Leroy


Sources bibliographiques  : Monographie (inachevée) de l’église de Taverny, parue dans les bulletins paroissiaux de 1933 à 1937*, par Ernest Gaillard / « Le vitrail : art et techniques » de Pere Valldepérez (éditions Vial) / Schéma des vitraux de Dominique Pinault (archives paroissiales de 1996)

Photos : Vues d’ensemble : ACNDT / Gros plans des vitraux : numérisation, corrections de perspectives et retouches ACNDT  sur la base des négatifs de Dominique Pinault / vitrail de la Sainte-Chapelle :  Wikipedia

*Il semble qu’en fait cette monographie ait été écrite beaucoup plus tôt (puis reprise dans les années 30) car on la retrouve dans les bulletins paroissiaux des années 1906 et 1907. Merci à l’Association Généalogique de Taverny  pour cette précision.

2 réflexions sur “– Les vitraux inférieurs de l’abside –

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s