– Podcast : la porte du Roi Jean –

Laure Gauffre-Schauinger, auteur du très beau livre sur l’église de Taverny et membre d’honneur de notre association, nous informe qu’elle a enregistré un podcast sur l’église de Taverny sur le site Val d’Oise-tourisme.
Nous vous invitons à écouter cet enregistrement passionnant !

En complément de ce podcast, voici la photo du vitrail de la porte du Roi Jean.

On y distingue le le jeune roi Jean malade et couché, et près de lui son père Philippe VI. L’évêque accompagné des moines de l’abbaye de Saint-Denis porte la précieuse relique de la couronne d’épines de Jésus au chevet du prince.

101946282_3661350187228410_8148218783522095104_n

– Des murs et des couleurs, suite ! –

A la lecture de notre article sur les peintures murales aujourd’hui disparues de l’église de Taverny, un internaute nous a signalé qu’il restait également des traces de doré sur les colonnes du triforium.

Nous sommes donc allés vérifier : c’est tout à fait exact !

Une inspection un peu plus attentive de l’église nous a aussi révélé des traces d’ocre et de marron sur les grandes colonnes du choeur… de quoi nous laisser imaginer une église plutôt bariolée !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

– Bonne fête de la pentecôte –

Bonne fête de Pentecôte à tous ! 🙂

Cet épisode de la Bible décrit le don de l’Esprit-Saint aux apôtres après l’Ascension de Jésus. Il est représenté sur ce médaillon de l’un des vitraux de la chapelle de la Vierge de l’église de Taverny.

On y distingue la Vierge Marie et les apôtres, l’Esprit-Saint étant symbolisé par une colombe qui répand « des langues de feu » pour apporter ses dons : la sagesse, l’intelligence, la science, la force, le conseil, la piété la crainte.

Ce vitrail a été offert en 1877 par Marie-Christine Jubert, dont nous avons raconté l’histoire émouvante sur notre blog.

(merci à Clémence pour les photos et à Thérèse pour les retouches)

 

pentecôte_ACNDT

 

_ Bonne fête de l’Ascension ! –

Bonne fête de l’Ascension à tous !

Cet épisode de la vie de Jésus est peint sur le dernier vitrail des fenêtres inférieures de l’abside. On y voit les pieds du Christ s’élevant vers le ciel, sous les yeux de Saint-Pierre (qui tient la clé du Royaume), de la Vierge Marie et de Saint-Jean (qui tient l’Evangile).

Vous pouvez retrouver tous les autres vitraux de ces verrières sur notre blog :
https://acndt.wordpress.com/…/les-vitraux-inferieurs-de-la…/

15_Ascension du Christ_ACNDT

– Des murs et des couleurs –

colonnes-ACNDTHabitués à voir les murs de nos églises gothiques nettoyés et parfois blanchis, nous avons du mal à imaginer qu’à leur construction, elles étaient peintes de couleurs souvent très vives : fresques de scènes bibliques ou de scènes de la vie quotidienne, guirlandes de fleurs, animaux ou encore figures de personnages célèbres égayent les murs, les sculptures des façades et les sculptures intérieures, et parfois jusqu’aux voûtes les plus élevées.

Les pigments sont nombreux et variés mais ce sont principalement les minéraux qui sont utilisés, pour fournir des tons soutenus de brun, d’ocre et de rouge. La céruse et l’huile de noix fournissent du blanc. L’œuf est utilisé comme liant, selon une technique toujours utilisée aujourd’hui pour la création des icônes. Des touches d’or soulignent des détails de façon subtile, selon des codes empruntés aux enlumineurs. Le noir accentue les motifs pour créer des effets d’ombre et de perspectives en trompe-l’œil. Des historiens de l’art estiment que « la polychromie est une des lois les plus impérieuses de l’art pendant tout le Moyen Âge ». (1)

Lire la suite

– Vues d’artiste (2) : Julien-Michel Gué –

wikipedia-Julien-Michel_Gué
Autoportrait : Julien-Michel Gué, 1825

Nous continuons notre tour d’horizon des peintres et artistes qui se sont intéressés à l’église de Taverny.

Après avoir fait la connaissance de Denis Seignez, retournons de deux siècles en arrière, à la rencontre d’un peintre assez méconnu, Julien-Michel Gué (surnommé parfois Chéri dans les documents historiques).

Julien-Michel Gué est né en 1789 à Saint-Domingue aux Caraïbes, qu’il fuit tout jeune avec sa mère lorsque son père est assassiné lors d’une révolte d’esclaves noirs. Réfugié à Bordeaux, il prend des cours de dessin avec des peintres renommés et se distingue rapidement en obtenant à 26 ans le second prix de Rome, puis plusieurs médailles lors des Salons de Paris.

Lire la suite

– 1877, une donatrice discrète –

vitraux-rosaire-ACNDT.jpg
Vitraux de la Chapelle de la Vierge (absidiole nord)

À la suite de notre article sur les vitraux inférieurs de l’abside, où nous évoquions Lady Ashburton qui dota généreusement l’église pour la mise en place de trois des cinq verrières, nous avons reçu de Monsieur Jean-Claude Marc, président de l’Association de Généalogie de Taverny, ce récit touchant de la vie d’une autre donatrice de Taverny.

Avec son accord, c’est avec grand plaisir que nous le publions.

Lire la suite

– Les cloches sous la Révolution –

Suite à la publication de notre article sur les cloches actuelles de l’église de Taverny, monsieur Lionel Urbain, membre de l’ Association Généalogique de Taverny nous informe qu’il a lui-même écrit dans le bulletin de l’AGT de juin 2016 un article sur les cloches de Taverny au moment de la Révolution Française.

A lire absolument !

http://www.genea-taverny.fr:8080/…/N…/xql/liste_element.xql…

(cliquer sur le lien puis sur « Les cloches de Taverny sous la Révolution »)